Délégationde Marne-Ardennes

À Charleville-Mézières

Les bénévoles témoignent de leur engagement

À Charleville-Mézières, l’équipe du Secours Catholique a investi un nouveau local. Plusieurs nouveaux bénévoles sont venus grossir les effectifs pour répondre aux besoins des diverses activités. Ainsi en est-il des nouveaux engagés dans le service du Café-soleil qui peut se tenir maintenant tous les après-midis, du lundi au samedi. Rose a répondu à quelques questions sur son engagement.

Les bénévoles témoignent de leur engagement

publié en octobre 2020

Pourquoi as-tu voulu être bénévole ?

Rose : « Parce que j’aime bien accueillir les personnes, leur servir le café et prendre soin d’eux. »

Quand viens-tu au Café-soleil ?

Rose : « Je viens presque tous les jours, du mardi au samedi. »

Que pourrait-on améliorer ?

Rose : « Il faudrait qu’il y ait plus d’ambiance et plus de jeux. Parfois les personnes viennent pour jouer. On rigole bien !  »

Evelyne est une ancienne bénévole mais quand on lui demande si son bénévolat a changé depuis le déconfinement, elle affirme que non :

« On a retrouvé tout le monde depuis début septembre ; environ quinze personnes habituées. Il n’y a pas vraiment de changement d’ambiance. On va jouer au Petit bac et les personnes gagneront des petits lots. Bien sûr, on s’interroge sur l’éventualité d’une nouvelle fermeture… si ça ferme c’est que la situation s’aggrave… »

Annie, en binôme avec Evelyne dans le service du Café-soleil depuis huit ans, avoue qu’elle est revenue grâce à cette dernière.

« Je n’étais pas motivée pour revenir. Je ne suis plus toute jeune et je fais attention à ma santé, mais ça me fait sortir. »

Elles affirment toutes les deux qu’elles sont motivées par l’envie de retrouver les personnes qui viennent au Café-soleil et elles savent que ces dernières attendent ce moment de convivialité.

Catherine nouvellement engagée, tient la caisse de la boutique solidaire Coton-soleil, depuis septembre : « Ça se passe bien. L’ambiance est sympa. Comment j’en suis arrivée à me proposer en tant que bénévole ? Je déposais régulièrement du linge dans l’ancien magasin. Je n’avais plus que des activités ludiques et je voulais de nouveau rendre service. Pourquoi pas une boutique ? J’aime le contact avec les personnes en précarité. Elles sont simples et vraies. J’ai été bénévole dans d’autres associations, mais je ne suis plus en capacité d’écouter. Ici, je m’y retrouve plus facilement. Ça combine un bénévolat où je m’y retrouve : action et plaisir. »

Nathalie est présente dans l’équipe depuis le printemps. Elle souhaite être polyvalente : aider Rose à servir le café, trier le linge et ranger la boutique, aider Chantal à apprendre à lire, proposer aux personnes migrantes d’apprendre le français.

« Au départ je me sentais seule. J’avais fait du bénévolat à la Croix Rouge. On stimulait intellectuellement des personnes atteintes d’Alzheimer. Je suis venue au Secours Catholique parce que je suis catholique. Le projet de l’association sur le fait de créer du lien me parle. J’essaye de le faire dans mon quotidien. Avec le masque, en ce moment, c’est difficile. 50 % du langage non verbal ne passe pas. »

Que dirais-tu à une personne pour qu’elle ait envie de devenir bénévole ?

Nathalie : « Que l’ambiance est bonne. Si quelqu’un veut aider, on a toujours besoin de personnes. On peut partager nos compétences.  »

Imprimer cette page

Faites un don en ligne