Délégationde Marne-Ardennes

L’aide financière

« Certes, l’aide financière est importante, mais l’écoute aussi. »

Le Secours Catholique m’a aidée pour acheter une voiture car je suis auxiliaire de vie et, habitant un petit village, sans voiture je ne peux pas travailler. Sans cette aide, j’aurais perdu mon travail, tout simplement.

L’apport que vous m’avez fait m’enlève un poids, je n’aurais jamais pu faire cet achat avec mon petit salaire car on est toujours en galère financièrement. Mais c’est vrai que savoir qu’on a un véhicule qui fonctionne et qu’on rembourse petit à petit ça soulage.

C’est vrai que, pendant un moment, nous avons eu recours à des associations pour pouvoir manger, car nous n’arrivions pas à joindre les deux bouts et afin que les enfants, eux au moins, puissent avoir quelque chose dans leurs assiettes.

Heureusement qu’il y a vos associations parce que je crois que, moralement, c’est trop difficile et s’il n’y avait pas eu d’écoute, je crois que je [n’aurais pas supporté la situation].

Nous avons trois enfants, tous scolarisés. L’aînée a 16 ans, le deuxième a 15 ans et le plus jeune a 12 ans. Mon conjoint ne travaille pas actuellement, il est en attente d’une reconnaissance de travailleur handicapé. Je suis la seule à travailler pour ce petit monde-là et c’est vrai qu’un coup de pouce, cela fait du bien.

Nous sommes arrivés dans ce village grâce à une personne que nous avons connue dans la Marne par le biais d’internet, car nous avons connu, mon mari et moi, une longue période de dépression de deux ans où nous n’avions plus de contact avec nos familles, ni avec personne, et où nous restions reclus dans notre appartement. […] C’est internet qui nous a permis de rester en relation avec d’autres personnes.

Nous avons d’abord habité dans un bungalow puis nous avons trouvé cet appartement. Ce qui nous a plu ici, c’est l’entraide, les personnes qui s’arrêtent pour vous saluer, la proximité entre les habitants, ce qui nous a surpris venant d’une grande ville et d’une grande cité.

Ici, on se sent écoutés, certes l’aspect financier est important mais l’écoute aussi. C’est vrai que grâce à tous ces bénévoles, je suis remontée, on est remontés.

Aujourd’hui c’est nous qui aidons les personnes en grande difficulté. […] Je fais ce que je peux à mon niveau, j’essaye, je ne suis pas toujours disponible et malheureusement je ne peux pas faire plus.

Paroles d’accueillis du sud-ouest de la Marne qui ont bénéficié d’une aide du fonds d’initiative de solidarité. Ce fonds permet par exemple à des personnes de conserver un moyen de transport nécessaire à l’exercice de leur activité professionnelle.

Rencontre et écoute - Equipe d'Epernay

Imprimer cette page

Faites un don en ligne