Délégationde Marne-Ardennes

À Châlons-en-Champagne

Au « Bistro », l’engagement de Thomas

Témoignage

Thomas, jeune bénévole engagé au Bistro à Châlons-en-Champagne est heureux d’accueillir les personnes accueillies du Bistro qui, à nouveau, ont retrouvé après le confinement, réconfort et écoute bienveillante. Il en parle.

Au « Bistro », l'engagement de Thomas

publié en octobre 2020

« La réouverture du Bistro du Secours Catholique de Marne-Ardennes a été une très bonne chose. Je pense que nous avons tous été impactés par la covid-19 mais, pour les personnes accueillies, on se devait de répondre présents le plus tôt possible tout en respectant les gestes barrières. Grâce à cette reprise, nous avons déjà pu apporter du réconfort ainsi que du soulagement aux personnes accueillies qui se sont senti délaissées pendant le confinement. Ensuite, nous avons pu reprendre le service des petits-déjeuners très appréciés.

Il ne faut pas oublier également, notre mission première qui est l’écoute et le dialogue des personnes accueillies.

Pour ma part, le fait d’avoir pu aider à réouvrir le Bistro m’a apporté de la satisfaction ainsi que le sentiment de me sentir utile en aidant de nouveau les personnes accueillies.

Pouvoir les côtoyer est une chance, et ce dont je suis sûr, c’est qu’au Secours Catholique, il n’y a que des gens riches d’esprit avec de gros cœurs. »

REGARD CROISÉ

Témoignage de Frédéric (le prénom est changé)

"Quand je suis arrivé à Châlons-en-Champagne, je n’avais plus de famille, je dormais dans la rue. Je suis venu au Secours Catholique et j’ai rencontré un bénévole qui m’a énormément aidé à me sortir de la rue, il m’a trouvé des petits boulots.

Maintenant, même si c’est difficile de trouver un travail, j’ai un logement et j’ai une nouvelle famille.

Le confinement c’était très dur, surtout le fait de ne pas pouvoir sortir alors que j’aime bien discuter avec tout le monde. C’est dans ces moment-là qu’on se rend compte que des endroits comme le Bistro (accueil de jour du Secours Catholique) nous permet de sortir de la solitude. Sinon on est seul, vraiment seul.

Le déconfinement a été un soulagement, revoir les amis et boire un café ensemble, cela nous force à nous lever le matin, sinon on ne fait rien."

Imprimer cette page

Faites un don en ligne